• Amour
  • Couple

Qu'avez-vous fait de plus fou par jalousie ?

Article par Clémence ORCEL , le 24/07/2009 à 10h00 , modifié le 07/01/2015 à 17h22 0 commentaire

La jalousie extrême de certaines femmes les pousse à faire des choses qui ne leur ressemblent pas. Quelques-unes d'entre elles nous dévoilent leurs pires méfaits. Témoignages.

Agnès, 42 ans, "J'ai joué à la détective en herbe"

"J'ai rencontré Bruno sur Internet et depuis le début je sentais qu'il aimait faire planer le mystère. Au bout de trois mois, nous nous sommes rencontrés et ça a collé. J'étais avec lui depuis un peu plus d'un an quand j'ai commencé à avoir de sérieux doutes. Il annulait nos rendez-vous, recevais tout le temps des textos et ne lâchait pas son téléphone quand nous étions ensemble. Y avait-il une autre femme dans sa vie ? Quelque chose d'autre me dérangeait : je n'étais jamais allée chez lui et quand je proposais qu'on s'y rende, il trouvait toujours un prétexte. Bizarre...

Un matin, il s'apprêtait à partir de chez moi pour aller au travail. Je me suis arrangée pour lui voler ses clés sans qu'il ne s'en rende compte. Une heure plus tard, je prenais ma voiture et fonçais chez lui, adresse en poche, à une trentaine de kilomètres de mon domicile. Je me suis introduite chez lui sans aucun souci et j'ai tout fouillé dans les moindres détails. L'ordinateur était encore allumé, j'ai consulté ses photos, ses historiques de navigation, ses historiques de conversation msn. J'ai fouillé sa chambre, ses placards, son bureau, lu quelques lettres, etc. Rien. Pas de sites de rencontres dans son historique, pas de lettres passionnées d'une quelconque amante, pas de photos évocatrices. Juste un appartement minuscule et assez mal rangé, comme il me l'avait dit.

Je me suis sentie très bête, j'ai culpabilisé d'avoir cru certaines choses et d'en être arrivée au point de jouer à la détective en herbe. Le soir Bruno m'a appelée pour me dire qu'il ne trouvait pas ses clés, j'ai fais mine de chercher et lui ai répondu que "Oh miracle, elles étaient là ! ». Il est passé chez moi et m'a proposé de le rejoindre chez lui dans deux heures, avant de m'indiquer le chemin... que je connaissais déjà, évidemment !"
 
Vanessa, 21 ans : "J'ai harcelé sa nouvelle copine"

"Mon mec de l'époque m'avait quittée au bout de deux ans de relation. J'étais jeune et toujours folle de lui, je n'acceptais pas cette injustice, surtout qu'à peine deux semaines après notre rupture, il avait déjà une nouvelle copine ! Je me suis renseignée auprès de nos amis communs et j'ai fini par avoir le nom et les coordonnées de cette fille. Je me suis mise à la harceler sans scrupules ! Je l'appelais matin midi et soir, parfois 30 fois par jour, elle décrochait et je ne disais rien. Je me suis crée des adresses Internet et lui envoyais des mails d'insultes. Elle a rapidement compris que c'était moi et à fini par me menacer d'appeler la police. J'ai dû m'arrêter, je n'avais pas le choix. Aujourd'hui, trois ans après, je me rends compte de ma bêtise et du mal que j'aurai pu lui faire si elle ne m'avait pas stoppée."
 
Farah, 31 ans : "Je l'ai trompé"

"J'étais avec Saïd depuis quatre ans quand c'est arrivé. Dragueur compulsif, il me rendait folle de jalousie à force de faire les yeux doux à toutes les bimbos qui passaient. Il m'assurait qu'il n'allait jamais plus loin, qu'il ne m'avait jamais trompée, mais je n'arrivais pas à le croire.
Au bout d'un moment, j'en ai eu marre de me plaindre tout le temps, des engueulades qui ne menaient à rien, de passer pour la cruche de service. Alors j'ai couché avec le premier venu rencontré en boîte et je m'en suis vantée le lendemain. Il m'a regardée pendant quelques secondes qui m'ont paru une éternité, ébahi, choqué. Il n'aurait jamais parié là-dessus ! Moi la femme soumise, la petite copine possessive mais tellement fidèle.

Il a fini par s'énerver, par me traiter de tous les noms. Je me suis contentée de lui répondre "Tu vois ce que ça fait maintenant." Il m'a quittée, je n'ai pas eu de ses nouvelles pendant trois mois environ. Puis il est revenu, m'a dit qu'il m'aimait, que j'étais la femme de sa vie mais qu'il ne savait pas s'il me pardonnerait un jour. On a tenté de recoller les morceaux, ça n'a jamais marché. Au bout de quelques mois il s'est remis à draguer, je me suis remise à crier. Je l'ai quitté, épuisée et à bout de nerfs. Mon infidélité d'un soir n'avait rien changé. Tout ça pour ça..."
 
Cécile, 27 ans : "Je lui ai fait croire que j'étais enceinte"

"Malik et moi, ça a toujours été l'amour vache. On se parlait mal, on se critiquait tout le temps, on se criait beaucoup dessus, mais on rigolait beaucoup, le sexe était génial et j'étais fière d'être avec un homme, un vrai ! Le problème c'est qu'il plaisait beaucoup, un peu trop à mon goût. Quand on sortait, je voyais toutes les minettes qui le mangeaient des yeux et je tapais crise sur crise. Un jour il a menacé de me quitter pour partir avec une blonde à forte poitrine croisée plusieurs fois dans un bar. En gros, c'était "Arrêtes de me surveiller et de faire ta furie et on essaie de sauver notre couple, ou je m'en vais et je couche avec elle".

Intérieurement, je hurlais en entendant ses mots. Je n'ai rien trouvé de mieux que de lui répondre "C'est ça, abandonne ta femme et ton futur enfant !". Après la stupeur, la joie est montée en lui et il s'est mis à crier et à sauter partout dans notre 40 m². J'ai tout de suite regretté mon affreux mensonge, mais je ne voulais pas le perdre !

Quelques semaines après, je lui ai dis que j'avais fait une fausse couche. Il a été adorable avec moi, il voulait m'aider à traverser cette épreuve et se comportait en homme modèle. Deux ans après, on est toujours ensemble, je ne lui ai jamais dis la vérité et notre couple se porte à merveille. On envisage de faire un bébé !"

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience