• Amour
  • Couple

Pourquoi on a du mal à se montrer nue pendant l'amour ?

Article par Bénédicte Flye Sainte Marie , le 15/11/2013 à 18h41 , modifié le 07/01/2015 à 16h38 0 commentaire

Explorer tous les pages du Kamasutra avec notre chéri, on n'a rien contre du moment que nos performances se déroulent exclusivement dans la pénombre. Est-ce de la pudeur ou un manque d'estime de soi ? Les ébats en pleine lumière sont-ils vraiment plus délectables? On tire pour vous au clair cette obscure question....

Celles qui préfèrent éteindre la lampe
Un sondage réalisé il y a quelques années par l'institut IFOP prouve que 45 % des femmes ont une prédilection pour les rapports sexuels qui ont lieu dans le noir. Encore plus étonnant, près d'une sur cinq ne se dévêt pas complétement quand elle partage des moments coquins avec son partenaire. Pourquoi cette extrême timidité envers celui qui nous connait pourtant intimement ? La première explication à ce phénomène est d'abord le peu de tendresse que l'on a envers soi, particulièrement concernant son corps. On a l'impression que la lumière nous déshabille et met en évidence tout ce que l'on aimerait cacher, en l'occurrence notre bouée autour du ventre, notre cellulite du haut des cuisses, nos seins tombants ou nos mollets trop musclés. Ce qui est souvent une erreur car l'homme de notre vie nous voit comme un tout (sexy) et non pas comme un assemblage de pièces détachées... 
 

Une sorte de savant dédoublement
Un complexe que certaines femmes développent au point d'être spectatrices d'elles- mêmes pendant l'amour, si elles le font en plein jour. Au lieu de goûter au maximum les sensations que le moment leur offre, elles se demandent constamment si les positions qu'elles adoptent sont flatteuses ou pas pour elle. D'où leur difficulté à laisser aller, sans parler d'atteindre l'orgasme. Des inhibitions qu'elles n'ont pas quand elles font des câlins avec l'interrupteur sur off... Enfin, quelques-unes d'entre trouvent l'anatomie de l'homme peu esthétique voire ridicule, particulièrement quand celui-ci est en érection. 
 

Ceux qui adorent la rallumer
Qu'importe l'éclairage, pourvu qu'on ait l'extase, serez-vous tentée de me répondre... Le souci, c'est que les garçons sont particulièrement sensibles aux stimuli visuels. La floraison des films pornographiques en témoigne : eux ont besoin de regarder vos seins, vos fesses, de vous contempler aussi lorsque vous éprouvez du plaisir. A terme, le décalage entre ce qui vous plait à vous et ce qui fait vibrer votre pince charmant risque donc de poser problème. 
 

Le bon compromis pour les débutantes
Pour trouver un terrain d'entente, plusieurs solutions sont envisageables. Acceptez d'intégrer la lumière à petite dose quand vous faîtes l'amour en dispersant quatre ou cinq bougies dans la pièce. Elles diffuseront un halo discret qui ne montrera que le meilleur de vous-même. Si vous prenez de l'assurance, vous pourrez ensuite augmenter leur nombre, au fur et à mesure de vos explorations érotiques... Et si vous ne sentez bien que dans le noir complet, achetez un joli loup brodé et réclamez à votre partenaire de vous bander les yeux. Lui verra tout pendant que vous ferez travailler votre imagination.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience