• Amour
  • Couple

Papas et grand-pères : ils témoignent !

Article par Clémence Orcel , le 09/02/2012 à 11h17 , modifié le 09/02/2012 à 11h20 0 commentaire

Un homme franchit de grandes étapes au fil de sa vie. Parmi elles : devenir père, voir grandir ses enfants, puis, éventuellement devenir grand-père.

Mais il arrive que les heureux événements ne suivent pas ce schéma là, que l'ordre soit bouleversé... pour le meilleur, comme pour le pire !

Témoignages.Florent, 39 ans : « Grand-papa avant l'heure »
« J'ai eu Marine (ma première fille) très jeune : je n'avais que 19 ans. Malgré tout l'amour que je lui porte, cela a été une véritable épreuve. Mon ex-femme et moi n'étions pas préparés, nous étions encore de grands gamins. Notre couple battait de l'aile mais nous nous sommes mariés pour le bien-être de Marine. Quelques années plus tard, nous avons divorcés. J'ai suis resté proche de ma fille et lui ai toujours dit de ne pas suivre notre exemple, de prendre son temps, de profiter de sa jeunesse avant de faire des enfants.
De mon côté, je me suis remarié. Ma femme et moi avons mis de nombreuses années avant d'avoir un enfant. Nina est née il y a maintenant deux ans. Juste après sa naissance, Marine m'a annoncé qu'elle était enceinte. Sans aller jusqu'à dire que cela a gâché mon bonheur d'accueillir ma petite dernière, cela m'a tout de même blessé. Marine n'avait que 19 ans, tout comme moi lorsqu'elle est née. Elle a fait ce que mon ex-femme et moi voulions à tout prix éviter, elle a reproduit notre schéma, je lui en ai voulu pour cela.
Aujourd'hui, ma fille et moi ne sommes plus en froid, mais nous avons un peu pris nos distances. Le temps va faire son ouvrage, je vais m'habituer peu à peu à cette situation. Enzo aura bientôt quinze mois, c'est un bébé magnifique, joyeux, plein de vie. Il ne va pas tarder à m'appeler grand-papa mais une chose est sûre : il n'appellera pas ma fille de deux ans « tata Nina » ! »

Nicolas, 43 ans : « Père et grand-père comblé »
« J'ai toujours su que je serai un jour à la tête d'une famille nombreuse. J'ai perdu mon père très tôt, lorsque j'étais petit garçon. Devenir papa m'a permis de combler ce vide, de réécrire mon histoire. A 43 ans, ma femme et moi avons l'immense chance d'avoir neuf enfants et déjà deux petits-enfants.
Notre plus grande fille a 21 ans, notre plus jeune 1 an. Vingt années les séparent et selon moi, c'est dans l'ordre des choses. Différentes générations dans une même famille, cela permet de s'assurer que les grands prennent soin des petits et que chacun apprenne très tôt à vivre en harmonie au sein d'une cellule familiale soudée.
Louise, notre fille aînée et Elisabeth, ma femme, ont vécu leur grossesse ensemble. La naissance des jumeaux et celle de ma petite dernière se sont suivies à deux mois d'intervalle. En 54 jours, notre famille s'est agrandie de trois enfants.
J'ai vécu ces événements comme un réel cadeau du ciel. Ma femme a mis au monde notre dernier enfant alors que ma fille faisait ses premiers pas dans sa vie de maman. Lorsqu'on est père et que l'on souhaite le meilleur à ses enfants, on ne peut rêver mieux. Aujourd'hui, la boucle est bouclée. Désormais, je me consacre corps et âme à mon rôle de papa, mais aussi à celui de grand-père. Croyez-moi, je n'ai pas fini de pouponner et cela me remplit de joie ! »

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience