• Amour
  • Couple

PACS : l'autre engagement

Article par Morgane Solignac , le 17/03/2010 à 19h02 , modifié le 17/03/2010 à 19h14 0 commentaire

Dès son apparition, certains ont pensé que le PACS allait détrôner le mariage. Mais dans les faits, on se rend compte qu'il fait finalement de plus en plus office de fiançailles.

Magali a été pacsée pendant 3 ans avant de se marier avec Michaël, son compagnon. "Pour nous c'était comme des fiançailles mais en moins formel, affirme-t-elle. C'est aussi plus moderne. Ce que je voulais surtout  c'est formé officiellement  un couple, même si Michaël s'en moquait un peu ! Une fois que nous avons eu le budget pour, nous nous sommes mariés."

Pour certains, même si le Pacs reste un acte administratif, il reste une solution alternative au mariage, parfois trop cher et très long à organiser.
Il constitue donc souvent une étape. Au premier semestre 2009, un quart des Pacs dissous l'ont été pour célébrer un mariage !
 
"Pour une union reconnue"
 
Pour les couples homosexuels, l'apparition du Pacs est bien plus qu'un premier engagement mais une chance inespérée.
Mathieu, 26 ans, est en couple depuis 4 ans avec Josselin. Pour lui, "le Pacs était une évidence". Le jeune homme s'explique : "Cela correspond à nos attentes. Le Pacs permet la reconnaissance de notre union dans la société, ce qui n'est pas toujours évident parfois même pas toléré..."

Ce jeune artiste va plus loin, et voit dans l'existence de ce pacte une véritable évolution des mentalités même si les intolérances vis-à-vis des homosexuels restent nombreuses.
Mathieu ne cache pas sa joie aujourd'hui : "Je suis très fier de dire que je suis pacsés et nous n'avons d'ailleurs pas hésité à fêter ça entre amis !" 
 
Pour les couples homos ou hétéros, le pacte civil de solidarité reste donc surtout avant tout une manière d'officialiser leur vie commune, tout en bénéficiant d'avantages administratifs. Un bon compromis entre simple union et mariage !
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience