• Amour
  • Couple

Mon homme est dépressif, comment l'aider ?

Article par Clémence ORCEL , le 08/10/2009 à 18h56 , modifié le 08/10/2009 à 19h15 0 commentaire

Pas facile de gérer les coups de blues et les crises d'angoisse de votre jules. Notre conseil : tentez de comprendre les raisons de son mal être, soyez patiente et rassurez-le. Avec un peu d'aide, il va s'en sortir !


Aimer un homme dépressif, se démener tous les jours pour l'aider et se battre à ses côtés pour que la maladie ne soit plus qu'un mauvais souvenir, c'est possible. A vingt-sept ans, Gabrielle se dit comblée : mariée à Julien, elle a deux beaux enfants et des projets plein la tête. Pourtant, le couple a connu une période extrêmement difficile. Voici les conseils d'une femme dont le couple revient de loin...

 Ne pas le laisser s'isoler

"Cela faisait plus d'un an que Julien était dépressif. Il ne sortait plus que pour aller travailler, ne parlait plus beaucoup, ne voyait plus ses amis. Il se désintéressait de tout, même de ses passions (le cinéma et le foot, entre autres). Même moi, je le voyais à peine une fois par semaine. Nous n'habitions pas ensemble à l'époque et je devais insister pendant des heures pour qu'il accepte de me voir."
L'isolement, c'est ce que recherche la plupart des personnes dépressives. On se coupe du monde extérieur, on se replie sur soi-même, en partie pour ne pas avoir à affronter le regard des autres et assumer sa maladie.

Comprendre ce qui le hante

"Julien, qui avait vingt ans lors de sa dépression, a perdu son père lorsqu'il en avait douze. La raison de son mal être n'était pas compliquée à cerner : il n'avait jamais vraiment fait son deuil. Malgré les conseils de tout son entourage, il refusait d'aller voir un psy ou de prendre des antidépresseurs. Au bout d'un peu plus d'un an, j'ai réussi à le convaincre de franchir cette étape et par la même occasion, de s'ouvrir un peu plus à moi. Petit à petit, il a retrouvé goût à la vie, ça n'a pas été facile, mais on a réussi à s'en sortir. Aujourd'hui, cinq ans après, nous sommes mariés et avons deux enfants. Les angoisses et la tristesse de Julien refont surface de temps en temps, mais il se soigne grâce à tout l'amour qu'on lui donne. "

Ne pas baisser les bras

Gabrielle n'est pas un cas à part. Avec beaucoup d'amour, de patience et de persuasion, il est possible d'aider son conjoint à aller mieux. Mais la tâche est loin d'être facile...
"Le plus dur, c'est de ne pas baisser les bras. Plusieurs fois, j'ai eu des doutes. Je me demandais s'il allait s'en sortir, si je ne ferais pas mieux de le quitter, de penser à moi plutôt qu'à lui. C'est d'ailleurs ce que me conseillaient certaines personnes de mon entourage. Elles avaient peur que je "sombre", que la maladie de Julien ne me tire vers le bas et que je finisse dépressive, comme lui. Mais l'amour a eu le dernier mot, je refusais de tout perdre à cause de cette fichue maladie. "

Consulter un spécialiste : une étape indispensable


Combattre la dépression demande une aide extérieure et avisée. Consulter un psychologue et, dans certains cas, prendre des antidépresseurs ou des anxiolytiques est le meilleur moyen de se débarrasser de ses "démons". Beaucoup de malades ignorent que leur état est sérieux et estiment pouvoir s'en sortir eux-mêmes. Ils refusent non seulement la perspective de rencontrer un professionnel, mais aussi l'aide de leurs proches. C'est une erreur.

"Julien a attendu plus d'un an avant d'aller consulter et il avait tendance à me rejetter. Aujourd'hui, il le regrette. Il sait qu'il n'a fait qu'aggraver la situation et qu'il m'a fait souffrir. A l'époque, lorsque j'avais le malheur de mentionner le terme "psy", il devenait furax. Il criait qu'il n'était pas fou et que personne ne pouvait le comprendre. Pourtant, je ne me suis pas démontée, malgré ses protestations et parfois, ses mots durs, j'ai continué à l'encourager et ça a fini par payer !"

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience