• Amour
  • Couple

L'érotomanie : qu'est-ce que c'est ?

Article par Sophie Bourgeois avec agence , le 23/05/2009 à 08h06 , modifié le 03/06/2009 à 12h26 0 commentaire

L'érotomanie est affection mentale qui se traduit par un amour excessif et névrotique dirigé vers quelqu'un ou même un objet "réel" ou imaginaire qui tourne rapidement à l'obsession délirante. Quels sont les signes de cette pathologie, comment l'identifier... Voici quelques repères.

L'érotomanie, encore appelée maladie de Clérambault, est une psychose fondée sur la conviction que l'on est aimé par une personne. C'est une maladie mentale très grave qui touche principalement les femmes et très rarement les hommes.

La maladie se manifeste par un état passionnel qui se déroule en trois phases :
pendant la première phase d'espoir plutôt longue dans la durée, le malade attend que la personne aimée se déclare. Il va entrer dans une sorte de délire paranoïaque qui peut inquiéter son entourage ; la deuxième phase est une période de dépit amoureux, pendant laquelle le malade devient dépressif, agressif et peut parfois se montrer suicidaire ; la troisième phase dite de rancune, l'agressivité se retourne contre la personne aimée et peut mêm conduire dans de très rares cas au meurtre.

La cible de l'érotomane est en général une personne dont le statut social est élevé : un acteur, artiste, avocat, écrivain, homme politique... Au début, le malade est d'abord persuadé que sa "cible" l'aime secrètement d'une façon inavouable, qu'elle s'empêche de déclarer son amour et fait tout son possible pour le cacher. Le malade, certain que sa "cible" souhaite entrer en contact avec lui va chercher à l'approcher : appels téléphoniques, lettres, intrusion au domicile...

L'érotomanie peut parfois durer des années et parfois toute une vie. Le malade interprète à tort certains faits et ne reconnaît pas la gravité de son état de santé : il est persuadé d'être dans le vrai. Les causes de cette maladie sont inconnues, elle peut provenir d'un manque affectif (père ou mère) durant l'enfance.

La maladie est très longue et très difficile à traiter. Seul un traitement psychiatrique suivi peut en venir à bout, sous forme de consultations régulières ou par un internement temporaire.
 
Notre conseil :  
L'érotomanie ne doit pas être confondue avec d'autres pathologies obsessionnelles plus légères comme la nymphomanie. Revoyez la magnifique interprétation d'Isabelle Carré poursuivant Gilbert Melki dans Anna M. et vous saurez tout de l'érotomanie !
 
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience