• Amour
  • Couple

Je suis écolo et pas lui, comment faire ?

Article par Clémence ORCEL , le 15/04/2009 à 17h05 , modifié le 29/04/2009 à 12h21 3 commentaires

L'écologie, c'est votre combat de tous les jours mais c'est aussi le cadet des soucis de votre homme. Votre engagement a tendance à le fatiguer, voire à l'exaspérer. Défendre la planète ou prendre soin de son couple : faut-il vraiment choisir ?

A la maison, au travail, en vacances, rien ne vous arrête, pas même les moqueries et les coups de gueule de votre chéri. La protection de l'environnement, c'est votre bataille, mais au-delà de ça, c'est votre quotidien. Vous avez conscience de l'urgence et tentez de lutter activement contre les abus de la société de consommation et contre la destruction progressive de la planète due aux mentalités qui n'évoluent pas. Du coup, vous n'avez que faire des remarques blessantes de votre ami, de l'incompréhension de votre entourage et de votre réputation de "rabat-joie écolo". Vos priorités : la terre, les océans, l'air que l'on respire, en d'autres termes la biodiversité, l'économie d'énergie, le développement durable, etc.
 
Le problème c'est que votre moitié ne partage pas vos convictions. Il a du mal à comprendre vos petites manies, vos discours moralisateurs, votre obsession de protéger la planète à tout prix. Pour lui, trier ses déchets, économiser l'eau, l'énergie, le carburant ne sont que des lubies qui portent atteinte à son confort et à sa liberté. Contrairement à vous, il n'a pas conscience que l'écosystème est en danger et qu'il est grand temps de se mobiliser pour le défendre. Du coup, les disputes se suivent et se ressemblent et votre vie de couple n'est plus ce qu'elle était. Votre engagement l'amusait au départ, le rendait fier. Aujourd'hui, c'est pour lui une contrainte et une source de conflits quotidiens.
 
Vous voudriez que cela change et agir pour la planète sans que cela ne mette votre couple en danger. Comment faire en sorte que votre homme accepte la militante qui est en vous, et comment le rallier à votre cause, sans forcément faire de lui le parfait écolo ? Certaines ont essayé, avec plus ou moins de succès. Elles témoignent.
 
Aline, 44 ans
Je n'ai jamais été une écolo acharnée, mais j'aime me dire que je fais de temps en temps un geste pour la planète. Je vis avec Laurent depuis dix ans et au début il s'est montré totalement réfractaire à mes principes. Et puis au fil du temps, il s'est intéressé un peu plus à la nature, à l'environnement, il me posait des questions et me demandait des conseils. Depuis plusieurs années, nous mangeons bio, faisons attention à notre consommation d'eau et d'énergie, évitons de polluer au maximum, trions nos déchets, etc. Je suis heureuse que Laurent ait changé d'avis, qu'il ait ouvert les yeux sur la situation. Nous ne nous disputons plus jamais sur le sujet, l'écologie (à petite échelle) fait désormais partie intégrante de nos vies !
 
Claire, 25 ans
A la maison c'est la guerre pour les produits ménagers ! Moi je suis 100 % écolo et monsieur n'a pas confiance dans les produits bio ! S'il n'y a pas d'eau de javel et autres cochonneries nocives indiquées sur les boîtes, il a l'impression que ce n'est pas efficace. Mais au lieu de le sermonner, j'ai décidé d'être persévérante et de le convaincre petit à petit du bienfait des produits et du gain pour la planète : les recettes de grand-mère l'épatent et il commence à s'y mettre aussi, tout content de sa tambouille citron-bicarbonate de soude pour enlever le calcaire dans la salle de bain.
Autre objet de conflit : le lave-linge. On a chacun nos produits : moi les pastilles "l'arbre vert", lui une marque connue "vue à la télé" remplie de phosphates ! Malgré tous mes efforts, pour l'instant il n'en démord pas. Du coup, chacun fait ses lessives mais je ne désespère pas, il finira par capituler... Le tout est de ne pas le brusquer !
 
Johanna, 23 ans
Moi, écolo jusqu'au bout des ongles, j'ai finalement mis de l'eau dans mon vin en acceptant de sortir avec Karl, totalement indifférent aux problèmes que rencontre la planète. Mais aujourd'hui, on se livre une vraie petite guerre. Comme il n'en peut plus que je sois sur son dos, il s'amuse à jeter les mauvais déchets dans les mauvaises poubelles alors qu'il sait très bien comment trier, à laisser couler le robinet juste pour m'énerver, à jeter des papiers par terre juste pour voir combien de temps je vais résister avant d'aller les ramasser. Je sais qu'il fait ça pour notre couple et pour mon bien, pour me faire relativiser et que mes ambitions pour la planète arrêtent de tourner à l'obsession. Mais soigner le mal par le mal n'est pas toujours la solution et je continue à croire que je vais finir par convaincre Karl de me suivre dans ce beau combat...
 
Marion, 36 ans
Mon mari s'y met peu à peu, pour éviter les disputes. Question alimentation, il s'est converti pour éviter une mimique de dégoût de ma part devant son assiette mais aussi et surtout à cause de mes arguments de poids : pesticides, antibiotiques et autres choses nocives ne devraient pas être présents dans les aliments. Même si c'est laborieux, il commence à favoriser autant que possible les produits bio, même pour les gels douche et déodorants. Je suis contente qu'il fasse cet effort et qu'il ne se braque pas contre mon engagement pour la planète ! Je considère que c'est une belle preuve d'amour de sa part.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience