"C'est l'intensité de la communication qui compte !"

Article par Marie-Lucie VANLERBERGHE , le 19/01/2006 à 17h14 , modifié le 24/06/2008 à 17h48 0 commentaire

L'arrivée du réfrigérateur a fait l'effet d'une petite révolution. La famille est passée d'une culture des fourneaux à une culture du frigo, abandonnant la contrainte des tablées à heure fixe pour une individualisation des repas. Avec le frigo, chaque membre de la famille peut se servir, se restaurer sur le pouce. Conséquence, chacun grignote, debout dans la cuisine ou devant un écran.
"Plus le grignotage se développe plus il faut en parallèle des moments de vie à table, en allant plus loin dans l'échange du moment partagé", observe le sociologue.
Ce n'est donc pas le nombre de repas pris ensemble qui compte, mais l'intensité de la communication. Il ne faut pas être ailleurs à ce moment-là. Le couple et la famille en ont besoin !
" Ne plus rien avoir à se dire n'est pas le pire qui puisse arriver : c'est de ne plus rien ressentir ensemble. C'est pourquoi la nourriture (...) est désormais une arme décisive pour fabriquer la famille, dans ce qu'elle a de plus intime et de plus vivant. "

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience