• Amour
  • Couple

Couple : ils s'aiment à distance

Article par Clémence ORCEL , le 26/02/2009 à 16h35 , modifié le 03/03/2009 à 17h57 6 commentaires

Vous êtes bel et bien ensemble mais les kilomètres, eux, vous séparent. S'aimer de loin, ce n'est pas fait pour tout le monde, mais est-ce fait pour vous ?

Difficile de s'aimer dans ces conditions et de mener une vie sereine sans votre homme à la maison. Alors que pour la plupart c'est un challenge quotidien, d'autres apprivoisent facilement cette situation et le revendiquent même comme un mode de vie. Et pour vous ?

Loin des yeux, près du cœur
Quoi de plus romanesque que l'image de ces amants déchirés, qui souffrent pour pouvoir s'aimer, qui ne vivent que pour se retrouver ? Cet homme et cette femme qui s'abreuvent de lettres enflammées ou de textos illimités, qui supportent l'absence de l'autre contre vents et marées, malgré les nuits solitaires, les trajets sans fin, les vols retardés et les factures de téléphone salées.
"L'amour déplace des montagnes et n'a que faire de la distance" : c'est la version des éternelles romantiques qui nourrissent leurs fantasmes d'histoires de grand-mères, de romans Arlequin et de téléfilms poignants façon Bicyclette bleue. Entre illusion et pragmatisme, elles ont choisi le plus joli, la version édulcorée, l'espoir plutôt que le fatalisme. Pourtant, soyons réalistes : les relations longue distance, ce n'est pas toujours beau à voir...

L'amour mis à l'épreuve
Vous êtes de ces femmes, plus nombreuses, que la distance oppresse ? Rien de plus normal. Vous voulez qu'il soit là dans les bons comme dans les mauvais jours. Qu'il puisse voir votre mine réjouie, rire avec vous de tout et de rien, et vous rappeler qu'en fait, être en couple n'implique pas seulement concessions ou souffrance. Qu'il soit là aussi pour vous prêter un bout d'épaule, calmer vos sanglots, partager votre peine ou, parfois, vous sermonner lorsque vous vous apitoyez un peu trop.
Enfin, vous le voulez auprès de vous même lorsqu'il n'y a rien à signaler, ces jours un peu inutiles, incolores, indolores, où vous n'êtes ni au top de votre forme ni au bord du gouffre. Vous voulez qu'il soit là parce que l'amour, selon vous, ce ne sont pas juste de folles déclarations ou des actes de bravoures qui vous coupent le souffle, mais simplement sa présence à vos côtés.

Parce qu'il faut faire avec...
Et puis il y a celles qui se font une raison, qui arrivent à profiter de leur temps en solo pour faire passer plus vite les jours ou les heures qui les séparent des retrouvailles. Celles qui, une fois leur homme à la maison, savent inverser la tendance et arrêter le temps, histoire d'oublier la prochaine séparation et faire que l'échappée n'en soit que plus belle.
Car c'est tout un art d'affronter le quotidien "en couple mais seule", de communiquer correctement malgré la distance, de ne pas sombrer dans la jalousie à outrance ou les procès d'intentions. "Il vaut mieux être seule que mal accompagnée", mais vaut-il mieux être seule qu'accompagnée de loin ? C'est à cette question que répondent les prochains témoignages...
 
"Une épreuve de tous les jours" Sarah, 24 ans, étudiante, vit cette situation depuis 5 ans. "Ce n'est pas comme si j'avais le choix, je vis avec sans trop me poser de questions. J'habite à Bordeaux, lui à Lille, c'est comme ça. Le plus dur à gérer c'est évidemment le manque. Se voir quelques jours toutes les trois semaines et pendant les vacances, ça paraît dérisoire, mais c'est tout ce qu'on a. Du coup, on manque tous les deux de patience, on a tendance à se faire beaucoup de reproches dans les mauvais jours. Parfois, j'ai l'impression que tout nous sépare, que la distance est trop forte, trop présente. Et puis il y a ces moments où l'amour efface tous les doutes et les regrets, où je prends conscience que nos efforts paient, que notre couple est solide et qu'il vaincra."
 
"La solution idéale" Bénédicte, 37 ans, infirmière, est veuve et partage à distance la vie de Gilles depuis trois ans.
"Après la mort de mon mari, je ne voulais pas me relancer dans une relation trop lourde. Quand j'ai rencontré Gilles, j'ai réalisé qu'une relation longue distance me conviendrait à merveille. Plusieurs centaines de kilomètres nous séparent, du coup nous ne nous voyons que les weekends. La semaine, il m'envoie des mots doux, j'adore ça ! Je me sens courtisée en permanence, il ne se lasse pas de moi, et inversement. De plus, j'ai du temps pour m'occuper de mes enfants. Ils n'ont pas l'impression que j'essaie de remplacer leur papa et acceptent plutôt bien la situation. J'avais presque fait une croix sur les hommes, heureusement ce mode de vie m'a sortie de ma solitude. Aujourd'hui je peux dire que je suis heureuse !"
 
"Une vraie preuve d'amour" Valérie, 44 ans, assistante maternelle, est mariée depuis 23 ans à Christophe, chauffeur routier.
"Mon mari part travailler le lundi matin, et revient le vendredi soir très tard. On ne le voit pas de la semaine, ses journées sont difficiles, il rentre très souvent épuisé mais toujours de bonne humeur. Il adore retrouver sa petite famille et me ramène régulièrement des cadeaux. Nous avons trois enfants : Kevin, 18 ans, Alissa, 13 ans et le petit dernier, Téo, 5 ans. Leur papa leur manque beaucoup pendant la semaine, mais ils sont habitués et du coup les grands sont très responsables. Ils sont très gentils, ils m'aident pour les tâches ménagères, mais aussi psychologiquement. Leur affection me permet de mieux vivre l'absence de mon mari. Selon moi, ce mode de vie demande des ajustements, mais surtout beaucoup d'amour. Aussi bien de la part des adultes que des enfants."
 
"Plus jamais !" Marie-Charlotte, 21 ans, attachée de presse.
"Il y a deux ans, je suis tombée folle amoureuse de cet Italien. Il était beau, plein d'esprit, son accent me faisait craquer, et disons-le, l'idée de sortir avec un étranger me plaisait bien. Je suis restée à Rome trois semaines de plus, à sa demande, puis nous avons décidé de rester ensemble après mon retour en France. La première année s'est bien passée. On arrivait à se voir presque une semaine par mois, et on s'aimait follement. Il m'a présentée à sa famille, à ses amis, m'a fait des promesses d'amour éternel, m'a dit vouloir me faire des enfants, etc. Et puis petit à petit, il s'est lassé. Il insistait moins pour que je vienne, il m'appelait moins, râlait pour un rien, se moquait lorsque je me plaignais de la distance. Jusqu'au jour où j'ai décidé de lui faire une surprise et de débarquer à l'improviste. Et là, vous vous y attendez : je l'ai surpris au lit avec une autre. Une fois de retour en France, écrasée par le chagrin, je l'ai appelé de nombreuses fois. Il ne m'a jamais répondu. Les relations longue distance ? Plus jamais : c'est le meilleur moyen de se faire tromper et piétiner le cœur sans en avoir la moindre idée..."

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience