Aimer n'est pas posséder

Article par Marie-Lucie VANLERBERGHE , le 10/05/2006 à 16h49 , modifié le 10/05/2006 à 16h51 0 commentaire

Selon Sylvie Tennenbaum, psychothérapeuthe du couple, aimer l'autre va de pair avec le respect de son autonomie. De nombreuses femmes ne se donnent pas le droit d'avoir leurs propres activités personnelles, mais c'est un tort. Les concessions que consentent les femmes par amour ne doivent pas se transformer en sacrifices. Si l'on accepte certaines choses, il ne faut pas que ce soit pour les reprocher ensuite.
Les femmes affirment qu'elles font plus d'efforts, mais ce n'est pas forcément vrai. En revanche, elles se posent plus facilement en victimes.

Tout est question de limites raisonnables de ce que l'on peut, ou non, accepter, en fonction de ce que l'on ressent. Mais si l'on ne supporte vraiment pas quelque chose, il faut le dire, en parler à son partenaire et négocier (OK, mais alors un WE sur deux...)
On peut prendre le temps libre pendant lequel le partenaire s'adonne à sa passion comme un cadeau pour faire ce que l'on aime : voir des copines, faire de la danse... Il est bon d'avoir un peu d'aération dans un couple, et pas forcément de partager les mêmes activités et les mêmes goûts.
On peut aussi se forcer un peu par amour, mais pas tout le temps, sinon ça n'a plus de sens !
Mais il est important de respecter l'autre et ses envies : si le partenaire a besoin de pratiquer telle ou telle activité pour se sentir bien, il n'a pas à en demander l'autorisation. Prenez au contraire ces différences comme une chance !

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience