La norme, c'est toujours le couple...

Article par Marie-Lucie VANLERBERGHE , le 26/01/2006 à 16h12 , modifié le 26/01/2006 à 16h13 1 commentaire

13 % des célibataires se déclarent mécontents, 35 % " assez contents voire très contents " et la majorité répondent un évasif " ça dépend ".
Cette réponse mitigée dénote une forme de résignation et une difficulté à exprimer sa solitude.
L'étude montre aussi que face à leur avenir sentimental, le pessimisme augmente proportionnellement avec l'âge des interviewés.
Et comme le dit la maxime : " quand on a pas ce que l'on aime, il faut aimer ce que l'on a "
" Plus le célibat est prolongé, explique Sabrina Philippe, plus on s'y habitue, et nombreux sont les célibataires partagés entre espoir et résignation. Sans être foncièrement malheureux, ils souhaitent vraiment rencontrer quelqu'un. "

Selon la psychologue, la plupart des personnes ne veulent plus être seules, mais ont des difficultés à l'exprimer, comme s'il fallait correspondre à l'image du " célibattant ".
" Le célibat est accepté comme statut, il y a même un vrai travail de marketing sur cette cible et on nous vend l'image du célibataire bien dans sa peau, battant, qui sort, a des aventures et mène sa carrière avec brio, explique la psychologue. Mais on peut rarement superposer la réalité et l'image. Ce qui prime, c'est la solitude et la marginalité, car la norme, c'est toujours le couple."

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience