En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • Amour
  • Séduction

Etre libertin : qu'est-ce que ça veut dire ?

Article par Clémence Orcel , le 07/07/2009 à 08h32 , modifié le 10/07/2009 à 17h20 18 commentaires

On ne badine pas avec l'amour... Certains en ont pourtant fait un art de vivre : les libertins. Mais comment vivent ces accros à "il n'y a pas de mal à se faire du bien" ? Et comment survivent celles qui s'éprennent de l'un de ces éternels grands coquins ?

Le libertin au quotidien
Les libertins se définissent eux-mêmes comme incasables. Ces épicuriens multiplient les rencontres, les échanges, les expériences et ne s'en lassent jamais. Leur leitmotiv : se faire du bien. Leur quotidien : chercher une nouvelle conquête, la consommer et s'en aller voir où l'herbe est plus verte. Bien souvent, ils annoncent la couleur : passons un bon moment ensemble, mais je ne suis pas l'homme d'une seule femme (ou la femme d'un seul homme). Mais cet art de vivre libre peut-il durer toujours ?

Libertin, ça se soigne ?
Profiter de la vie, jouir de tous les plaisirs et ne jamais rien construire : est-ce vraiment un jeu d'enfant ? Les libertins sont toujours très entourés et s'en disent heureux, mais le principe même de ne jamais s'attacher fait qu'ils rentrent chaque soir seuls à la maison... Ou, s'ils rentrent accompagnés, ce n'est qu'avec le mur de la cuisine qu'ils partagent le petit déjeuner. Passés 30 ou 40 ans, le désir d'enfant ou la peur de vieillir seul peuvent amener les libertins à se poser. Mais est-ce si facile ?

Passer au régime sec quand on a passé sa vie à croquer la vie à pleines dents, pas évident. Comme le reste, la fidélité, cela s'apprend. Renoncer à ses vieux démons pour s'abandonner totalement à sa moitié demande de la confiance et beaucoup de patience. Se contenter d'une seule personne, se projeter dans une vie à deux stable et parfois routinière, faire des projets à long terme, être à l'écoute de l'autre et faire enfin les compromis que l'on a toujours fuis, tous ces "efforts" demandent du temps... et n'excluent pas les rechutes. Vous vous sentez à la hauteur ?

Un libertin à la maison ?
Par malheur ou par hasard, vous venez de tomber dans le piège d'un Don Juan infidèle et insatiable. Vous connaissez son "vice" mais rien à faire, vous avez flashé. Il vous a pourtant prévenu : il ne sera pas tout à vous. Deux choix s'offrent alors à vous : vous tentez le diable et le séduisez coûte que coûte en acceptant ses règles du jeu (le laisser vous échapper de temps en temps, quitte à souffrir plus tard si vous vous attachez) ou lui sortir le grand jeu de la belle indifférente (mais déterminée !) pour essayer de le changer.

La grande séductrice que vous êtes à réussi à attraper ce gros poisson dans ses filets : le plus dur commence. Tolérer ses écarts ou tenter de le guérir ? Vous pouvez penser que le libertin vous sera reconnaissant de votre "ouverture d'esprit" et de votre pardon facile. Peut-être finira-t-il par s'engager s'il vous a vu tenir le coup pendant une longue durée et continuer à l'aimer et l'accepter comme qu'il est. Le risque, évidemment, est qu'il profite de votre gentillesse pour accumuler les conquêtes et vous servir l'argument "tu m'avais dit que tu étais d'accord".

Au contraire, si vous avez décidé de jouer la fermeté, vous avez toutes les chances de le faire fuir. Il n'a pas l'habitude qu'on lui tienne tête ou lui dicte sa conduite de la sorte, ce n'est pas maintenant qu'il va commencer... Mais qui sait, avec un peu de persévérance et de volonté, ce boulimique d'amour pourrait prendre goût à la tendresse et à la sécurité que vous lui apportez, et finir par se ranger. Convaincre un libertin que l'amour n'est pas l'ennemi de la liberté, ce n'est pas forcément gagné... A vous de jouer !

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience