• Amour
  • Séduction

Célibataire : mon pire traquenard !

Article par Marie-Lucie Vanlerberghe , le 02/03/2006 à 11h31 , modifié le 27/06/2008 à 18h13 0 commentaire

Ah les copines ! On les adore, mais parfois, elles sont tellement maladroites, lourdes même ! Sous prétexte qu'elles sont casées et qu'à presque 30 ans, voire plus, on vit seule, elles se sentent dans l'obligation de nous dégoter l'âme soeur. Sauf qu'on a rien demandé... Et qu'on se passerait bien de leur aide parfois... Témoignages.

Votre belle histoire d'amour vient de se terminer. C'est alors qu'une sorte d'hystérie collective s'empare de vos proches copines qui s'imaginent que vous vous morfondez dans un désarroi profond. Résultat : elles se mettent à vous présenter tout un tas de garçons.

Pauline : "sortir avec le premier venu, non merci !"
"Ma grande amie de l'époque vivait avec un certain Carlo. Ce dernier co-habitait avec son cousin Tony.
Quand j'allais les voir chez eux, Tony était toujours avec nous. Il était gentil, mais bon, pas du tout mon style. Un peu lourdingue. En fait, ce n'était tellement pas mon genre que j'ai mis des semaines à réaliser ce qui se tramait : Mon amie Fabienne et Carlo souhaitaient me caser avec Tony. Quand j'ai compris ça, j'ai continué à voir Fabienne mais je m'arrangeais pour ne plus la voir chez elle, mais dans des endroits publics. Quand un jour, elle est arrivée avec le Tony en question au bar où je lui avais donné rendez-vous. Là, j'ai craqué : je lui ai carrément dit que rien ne se passerait jamais entre lui et moi, qu'il fallait qu'il arrête de s'incruster tout le temps.
Non seulement j'ai perdu un prétendant, mais aussi une amie. En fait, c'est très prétentieux, mais le fait de penser que Fabienne puisse m'imaginer avec un type aussi ordinaire m'a beaucoup blessée. Surtout que certes, j'étais célibataire, mais de là à sortir avec le premier qui voulait de moi, il ne fallait quand même pas exagérer ! "

Céline : "Mon grand-père joue les marieuses !"
"Dans ma famille, il est de bon ton de se marier vers 25 ans au plus tard, sous peine de passer pour une vieille fille intégrale. J'ai 22 ans à l'époque, un petit copain de temps en temps, que je ne me sens pas obligée de présenter à ma famille, bref une vie normale de fille de mon âge. Un jour mon grand-père me téléphone et me dit ceci : " ma chérie, je t'ai organisé un rendez-vous avec Arnaud du Gardon, c'est un polytechnicien, un garçon vraiment très bien. Il m'a promis de t'emmener au bal de Polytechnique, tu verras il est charmant. Appelle-le, il attend ton coup de fil... " La honte... J'avais rien demandé moi !
Résignée et ultra gênée, j'ai appelé le garçon pour lui expliquer que j'étais navrée. " Je suis désolée, c'est une idée de mon grand-père ! ". De son côté, il était très sympa, très courtois et je sentais qu'il se forçait " en fait je ne danse pas vraiment... " " Moi non plus ! "... Bref nous avons convenu de ne pas nous voir. J'ai trouvé cette histoire assez humiliante."

Marianne : "Premier prix de tombola"
"Lors d'un séjour aux sports d'hiver, j'ai sympathisé avec une certaine Annabelle. Avant de partir, nous avons échangé nos coordonnées.
Moins d'un an plus tard, elle me téléphone pour m'annoncer qu'elle se marie à Nantes dans quelques jours et qu'elle serait hyper heureuse que je vienne. Je suis surprise car nous ne sommes pas très proches, mais je suis flattée, et comme je suis en vacances à côté, je lui dis oui.
Pendant le cocktail, alors que je ne connais personne, plein de garçons viennent vers moi, me draguent plus ou moins subtilement. Au moment de passer à table, je me rends compte que je suis à la table des mariés (ce qui me paraît incongru), entre deux célibataires de sexe mâle. La trentaine bien tapée, gentils mais pas très drôles, (voire même sinistre pour l'un d'eux), ils ont manifestement déjà entendu parler de moi... Bref, je réalise qu'Annabelle, cette " copine ", a parlé de moi à tous ses potes célibataires un peu chiants et m'a invitée dans l'espoir que je plaise à l'un d'eux... Toute la soirée, je me suis fait coller par le plus ennuyeux !
Quelques mois plus tard, j'ai fait savoir à Annabelle que je n'aimais pas qu'on m'invite pour être le premier prix d'une tombola !"

Charlotte : "je ne suis pas assistante sociale !"
"Il y a environ 5 ans ; alors que j'avais beaucoup de mal à me sortir d'une histoire d'amour qui m'avait anéantie, des amies ont décidé de me présenter un célibataire de leur entourage. Sans me prévenir évidemment. Un soir, ma sœur me dit : " on va dîner avec toute la bande et surtout fais-toi jolie. " Bizarre, bizarre ! Nous entrons au restaurant et là je découvre ma bande de potes et j'aperçois un homme que je ne connais pas. J'ai immédiatement senti le traquenard et ça m'a énervée. En plus elles l'ont placé en face de moi, subtiles ! J'ai été limite odieuse toute la soirée. Je le trouvais vieux et moche. Le lendemain, je ne me suis pas gênée pour dire ce que j'en pensais à mes amies.
Un an plus tard, je l'ai revu à un dîner, et là, surprise ! La soirée s'est très agréablement déroulée, il m'a fait rire... Deux jours après il m'a invité au restaurant, puis nous sommes sortis ensemble.
Sauf que j'ai vite déchanté, ma première impression avait été la bonne... Au bout de trois semaines sa vraie nature est ressortie : aigri, pantouflard, critique sur tout... J'ai appelé une de mes amies pour en parler, pour savoir s'il était toujours comme ça. Et là, elle a osé m'avouer que oui, il était chiant, voire insupportable et qu'en fait ils avaient pensé à me le présenter, en espérant qu'à mon contact il changerait. Je me suis mise en colère en lui disant que je n'étais pas une assistante sociale et que je n'avais pas à perdre mon temps avec des types du genre Dr Jekyl et Mister Hyde !"

Jérôme : "Les rencards arrangés, ça me la coupe !"
"Avoir 31 ans et être célibataire ...où est le problème ? Nulle part, car je revendique haut et fort ne pas vouloir m'engager pour le moment. La majeure partie de mon entourage ne m'encourage pas dans mon choix et ne pense qu'à une chose : me caser !
Au beau milieu d'un de ces dîners d'entremetteurs, le couple chez qui j'étais invité part faire un tour en cuisine. Soit dit en passant ils vont y rester une demi-heure au bas mot. La demi-heure la plus longue de ma vie.
Car je me suis retrouvé tête a tête avec une jeune fille, charmante au demeurant, mais qui ne m'attirait pas vraiment. Et là c'est le drame. Après un long silence, je me suis quand même aventuré à poser une question qui n'a entraîné qu'une réponse sibylline. En 5 minutes, j'avais épuisé tout mon stock de conversation, puisqu'en face je n'avais droit qu'à des réponses du genre " oui ", " non ", " j'en sais rien ". Et là, ce qui est devenu encore plus gênant, c'est quand j'avais droit à une réponse de plus de 3 mots, je ne l'écoutais pas car je réfléchissais à quel nouveau sujet enchaîner. Tout cela entrecoupé de longs silences pesants pour elle et moi... Mes amis ont fini par revenir le sourire aux lèvres nous demandant si tout se passait bien....
Je suis parti rapidement après le café, laissant ma pauvre prétendante d'un soir rentrer en taxi. Ce qui est marrant, c'est que j'ai revu cette personne bien après, toujours chez le même couple d'amis, mais sans coup fourré et avec d'autres invités. Sans épée de Damoclès, on s'est bien entendu."

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience