Amour au travail : "J'ai dû démissionner pour préserver notre amour"

Article par Caroline Rabourdin , le 16/12/2009 à 15h34 , modifié le 16/12/2009 à 17h11 0 commentaire

Charlène, 31 ans, a vécu une histoire d'amour au travail. Une belle idylle qui s'est concrétisée par un mariage l'an dernier, mais qui n'a pas toujours été sans conséquence.

"Je venais d'être embauchée comme secrétaire trilingue à Rouen. Cyril était commercial dans la même entreprise que moi. La première fois que je l'ai vu, je l'ai trouvé particulièrement attirant mais je pensais qu'il était marié.

De fil en aiguille, on a commencé à sympathiser, à papoter... Je me suis même mise à boire du café pour avoir une occasion de plus de lui parler.
En fait, l'amour au travail, ça ressemble à une comédie romantique pour adolescents ! On se tourne autour pendant parfois plusieurs mois avant d'oser vraiment se parler ou même s'embrasser. Beaucoup d'histoires d'amour au sein des entreprises sont purement platoniques !

Un soir, alors qu'il pleuvait et que je devais rentrer à pied, Cyril m'a raccompagné dans sa voiture. Je l'ai invité à dîner chez moi pour le remercier. A la fin du repas, il m'a soufflé : "Dis-moi si je me trompe mais j'ai l'impression qu'on se cherche depuis un bon bout de temps." J'ai dit oui et on s'est embrassés.

Au travail, ce n'était plus la même chose. J'étais convaincue que tout le monde savait ou avait remarqué quelque chose alors qu'on veillait surtout à ne rien laisser paraître. Puis, ce qui devait arriver arriva. Les commérages ont commencé et le PDG a très vite été au courant de notre histoire.

A la fin, la pression était devenue insupportable. Tout le monde nous guettait, nous observait... J'ai même cru que j'allais tout envoyer valser à cause de mes collègues. Finalement, j'ai décidé de démissionner pour préserver notre amour. J'ai bien fait puisque nous nous sommes mariés l'an dernier."

Et vous ? Pour ou contre ce genre de relation au bureau ?

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience