• Amour
  • Séduction

Aimer à nouveau, il faut y croire !

Article par Marie-Lucie VANLERBERGHE , le 25/10/2006 à 17h53 , modifié le 21/07/2008 à 16h43 2 commentaires

Elles ont eu une vie avant : un amour, des enfants... Et puis cette histoire s'évanouit sous le coup d'une rupture ou de la mort de l'être aimé. Peut-on refaire sa vie après ça ? Comment aimer à nouveau ? Anne, Sophie et Catherine témoignent de ce nouvel amour dont elles n'osaient plus rêver.

" Toutes ces années partagées faisait partie de mon histoire "
" J'ai 58 ans, quatre grands enfants et huit petits enfants. Mon mari est mort dans un accident de montagne il y a 14 ans. J'ai mis plus de deux ans à faire mon deuil, période où je n'avais plus envie de rien, où j'avais l'impression d'être amputée d'une partie de moi-même.
Après la mort de Jacques, j'ai pensé que ma vie était derrière moi. Je me suis consacrée à mes enfants. Mais même si la relation que l'on a avec ses enfants est merveilleuse, elle ne comble pas l'amour d'un conjoint.
Après le temps du deuil est venu celui, pendant une dizaine d'années, du désert sentimental, sexuel et affectif. A cette époque, pour ne pas m'enfermer dans la solitude, je me suis investie dans une association comme bénévole. C'est là que j'ai connu Christian. C'est lui qui est venu vers moi progressivement. J'étais à la fois très touchée par sa douceur, sa gentillesse, mais réticente à l'idée d'une relation. J'avais de bonnes raisons : il était marié (en train de se séparer) et j'avais dix ans de plus que lui.
En fait, je crois que j'avais peur : étais-je encore capable d'aimer ? Qu'allaient penser mes enfants ? Comment aimer un autre en restant fidèle au souvenir de Jacques ?...
Et puis un jour, j'ai compris que je n'oublierai rien, que tout le bonheur d'un amour de vingt-deux années partagées faisait partie de mon histoire.
De plus en plus, je me sentais revivre en compagnie de Christian, j'ai fini par m'autoriser à l'aimer. Depuis, la vie est plus belle. L'amour de Christian me rajeunit, me fait me sentir femme et vivante. Quant à mes enfants, ils l'ont accueilli avec joie et lui sont reconnaissants de rendre leur mère si heureuse ! "
Anne, 58 ans


" Le bonheur d'aimer à nouveau a eu raison des difficultés "
" J'ai un grand garçon de 18 ans que j'ai eu très jeune. Son papa s'est vite révélé être une " erreur de jeunesse " et je me suis retrouvée seule à élever Pablo. J'avais 21 ans à l'époque. J'ai eu la chance d'avoir des parents et des amis très présents, qui m'ont toujours aidée et soutenue, et Pablo m'a toujours remplie de bonheur et de fierté. J'avais aussi un métier passionnant dans l'édition, et la possibilité de m'organiser en fonction de mon fils.
Pendant des années, ma vie sentimentale a été proche de zéro, entrecoupée d'histoires bancales avec des hommes tourmentés ou immatures. J'en étais arrivée à penser que l'amour tel que j'en rêvais (simple, épanouissant et au long cours) n'était pas pour moi.
Jusqu'à ce qu'une amie, il y a quatre ans, me présente Benoît. Il m'a tout de suite plu. Nous sommes progressivement tombés amoureux l'un de l'autre. A cinquante ans, Benoît était père de deux grandes filles d'un premier mariage. Sa femme l'avait quitté du jour au lendemain. Il en restait profondément meurtri même si leur divorce s'était passé en bonne intelligence.
En quatre ans, notre amour s'est enraciné. Nos histoires " foireuses " nous avaient tous les deux fragilisés, nous faisant douter parfois, mais le bonheur d'aimer à nouveau, profondément, a eu raison des difficultés. Il fallait aussi se faire accepter par les enfants de l'autre... Tout n'a pas été simple, loin de là. Mais aujourd'hui, nous avons un petit garçon d'un an dont Pablo et les filles de Benoît sont raide dingues. Nous nous sommes mariés l'été dernier et nous formons désormais une grande famille recomposée et heureuse ! "
Sophie, 41 ans


" Avec deux bébés, les chances de refaire ma vie étaient à peu près nulles ! "
" Mon mari m'a quittée quand mon premier bébé avait 18 mois. J''étais alors enceinte de 6 mois du second. Bébés rapprochés, désirés tous les deux après douze ans de vie commune. Et un jour, plus rien. Je me retrouve seule, abasourdie.
Passé le temps du choc, je me suis dit qu'avec deux bébés, les chances de refaire ma vie étaient à peu près nulles. Quel homme pourrait accepter cela ?
Et puis il y a deux ans, j'ai rencontré Didier. Doux, protecteur, sincèrement amoureux et génial avec les enfants, il est rentré petit à petit dans ma vie et celle de notre famille. Nous nous sommes mariés il y a deux mois et nous attendons un bébé. Je ne pensais pas qu'il existait encore des hommes comme lui ! "
Catherine, 35 ans

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience